Dans les pas de l'énigmatique Félix Vallotton

Je vous invite à poursuivre notre escapade artistique suisse avec le singulier Félix Vallotton qui nous offre une oeuvre multiple, énigmatique et complexe, que je ne me lasse pas d'admirer et de redécouvrir, à chaque fois que je feuillette un ouvrage de ses oeuvres.

Port de Pully, 1891

Nous commençons notre voyage à Lausanne où est né Félix Vallotton en 1865. S'il nous offre de très jolis paysages du Léman, Félix Vallotton quittera rapidement la Suisse pour habiter en France où il sera naturalisé en 1900. Ses paysages nous promènent alors des bords de Seine à la Normandie...


La grève blanche, Vasouy, 1913

Peintre proche des Nabis (Pierre Bonnard, Edouard Vuillard et Maurice Denis), Félix Vallotton mène une carrière en solitaire. Fortement influencé par les estampes japonaises, ses peintures intriguent par leur simplicité et leurs perspectives aplaties.


"Je rêve d'une peinture dégagée de tout respect littéral de la nature ; je voudrais reconstituer des paysages sur le seul recours de l'émotion qu'ils m'ont causée, quelques grandes lignes évocatrices, un ou deux détails, choisis, sans superstition d'exactitude d'heure ou d'éclairage."


La chambre rouge, 1898

Comme les Nabis, Félix Vallotton réalise de nombreuses scènes d'intérieur, où il dépeint avec cynisme sa vision acide de la société et des relations familiales.


Il illustre, avant l'heure, la dramaturgie de l'enfermement et la folie des nos vies confinées.



L'argent, 1898

Artiste éclectique, Félix Vallotton imprime plus de 200 gravures. Dans sa série de xylogravures intitulée "Intimités" Vallotton utilise avec brio la simplicité de la ligne noire et des grands aplats.


Vous pouvez découvrir l'ensemble de ces gravures, ici, dans un précédent article sur la série "Intimités".


L'âge du papier, 1898

Peintre, graveur mais aussi illustrateur, Félix Vallotton produit de très nombreux dessins de presse pour divers journaux européens, notamment pour "La revue blanche" et "Le cri de Paris" pour lequel il réalise plus de 70 dessins de couverture entre 1897 et 1902.


Vigoureux défenseur du Capitaine Dreyfus, le journal "Le cri de Paris" publie son dessin "L'âge du papier", le 23 janvier 1898.


Bain turc, 1907



On ne peut parler de Vallotton sans citer ses portraits, notamment ses portraits féminins et ses très impressionnants nus féminins.


Nous pouvons admirer au Musée d'Art et d'Histoire de Genève l'étrange et inquiétant "Bain turc" citation et hommage à Jean-Auguste-Dominique Ingres.

La Salamandre, 1900

Il y a encore beaucoup à dire sur cet artiste prolifique... Si vous voulez en savoir un peu plus, je vous conseille :

- "Le feu sous la glace", le livre de l'exposition au Grand Palais en 2013-14,

- "intimité(s) et le regard de Jean-Philippe Toussaint" aux Editions Martin de Halleux

- mais surtout "Le dernier des Weynfeldt", le génial roman de Martin Suter, mon auteur zurichois préféré, qui met en scène avec suspens la mise aux enchères de la fameuse "Salamandre"...


Bonne lecture !

99 vues0 commentaire