Les Nabis et la beauté de la peinture intérieure...

Alors que je lance le 2ème challenge artistique 'INTERIEURS', pour occuper nos derniers jours de confinement, je pensais aux peintres Nabis qui avaient si délicieusement capturé leurs intérieurs. Je voulais, aujourd'hui, partager avec vous un peu de leur intimité...


Qui sont donc les Nabis ?


Les Nabis sont un groupe de peintres qui se sont regroupés autour de Paul Sérusier alors qu'il venait de peindre 'Le Talisman, l'Aven au Bois d'Amour' sous l'impulsion de Paul Gauguin à Pont-Aven en 1888.


Après l'impressionnisme et par réaction au réalisme, les Nabis se libèrent de la simple imitation de la nature en usant des couleurs pures et vives et cherchent à créer un nouvel élan spirituel au moyen de l'art. Le mot 'nabi' signifie 'prophète' en hébreu. Les amis de Paul Sérusier sont Pierre Bonnard, Maurice Denis, Edouard Vuillard, Kerr-Xavier Roussel, Félix Vallotton...

Une plongée dans l'intimité des appartements bourgeois


Les intérieurs parisiens furent une grande source d'inspiration pour les peintres Nabis. Grâce à eux, nous plongeons dans l'intimité des familles bourgeoises à la fin du 19ème siècle.


Dans cet espace privé, c'est la femme qui est l'âme du foyer et anime la vie familiale. Les motifs sont très largement représentés (tapisseries, tissus et tapis) et ont une vocation décorative...


C'est le cas avec 'L’Intimité', peint par Vuillard dans la série 'Personnages dans un intérieur' pour décorer la bilbliothèque du Dr Henri Vaquez.


Des espaces de vie et de travail


Si les femmes sont cantonnées dans leur rôle domestique (décoratif ?), nous pouvons aussi les observer à l'ouvrage. La mère de Vuillard tenait un atelier de couture qui fournissait les maisons de mode. Vuillard illustre cette activité dans 'L'Aiguillée' qui n'est pas sans rappeler les intérieurs de Vermeer.


Les peintres travaillaient aussi dans une pièce de l'appartement car ils n'avaient pas les moyens de se payer un atelier.


D'où l'importance de ces intérieurs qui ne sont pas uniquement un lieu de vie mais aussi de travail.

Quotidienneté de l'amour


A la fin de sa période nabie, Pierre Bonnard illustra surtout son bonheur partagé avec Marthe, sa femme et sa muse. Il réalisa une série sur le thème de la salle de bains où il exprima sa fascination pour la toilette dans de nombreux tableaux intimistes.


Ici, dans ce 'Nu à contre jour', Pierre Bonnard peint sa femme, dans toute la lumière de leur bonheur.


A l'abri des regards, les secrets de famille...


Que se passe-t-il réellement dans l'intimité d'un foyer ? Quels conflits se cachent-il ? Quelles trahisons inavouables ?


Dans 'Le Mensonge' que Félix Vallotton reprendra dans sa célèbre série de gravures 'Intimités', nous assistons, à l'hypocrisie de la vie conjugale...


J'espère que votre confinement ressembla plus à celui de Bonnard que de Vallotton ! Cette période de quarantaine nous a permis de profiter de nos intérieurs, parfois avec notre famille, et de réinventer nos maisons pour y vivre, s'y divertir et aussi y travailler. Protégés dans nos intérieurs douillets, espérons toutefois que cette quarantaine prenne rapidement fin pour que nous puissions reprendre une vie sociale normale !


Pour participer au challenge artistique 'INTERIEURS', envoyez-moi votre dessin à gaelle.mot@gmail.com

85 vues

Gaëlle Mot, artiste peintre

Cours de peinture à l'huile à Genève

 

Atelier du Square

Rue François Bonivard 4, 1201 Genève

Sur le Square du Mont-Blanc, à deux pas de la gare Cornavin, en face de la Gare routière

Contactez-moi directement pour toute demande de renseignement sur un tableau ou pour mes cours :