Prendre de la hauteur avec Segantini !

Bienvenue dans l'univers pastoral de Giovanni Segantini qui nous fait voyager en haute altitude dans les Grisons, dans la vallée de Saint Moritz. Magicien de la lumière, Segantini saura, grâce à sa touche divisionniste, accentuer l'intensité lumineuse des couleurs.

Midi dans les Alpes, 1891

Né à Arco en 1858, Giovanni Segantini est orphelin de mère à 7 ans, abandonné par son père chez sa demi-soeur à Milan. Apatride, pauvre et analphabète, il est toutefois repéré pour son talent et fait l'école d'art de Brera.


Avec sa compagne Bice, il quitte Milan pour s'installer dans la région de Brianza, sur le Lac de Pusiano (près de Côme) où il réalise de nombreuses scènes champêtres et lacustres.


C'est ici que naissent les quatre enfants du couple.

Ave Maria pendant la traversée, 1886


Giovanni Segantini commence à être reconnu et sa situation financière s'améliore.


En 1883, il réalise la première version de son tableau "Ave Maria pendant la traversée" grâce auquel il remporte la médaille d’or à l’Exposition universelle d’Amsterdam.


En 1886, Segantini quitte la région de Brianza et s'installe dans les Grisons, tout à l'est de la Suisse.

La vie, 1896-99

Segantini et sa famille s'installent d'abord à Savognin, village alpin à 1'200m d'altitude où Segantini représente encore la vie quotidienne des paysans et des bergers. Il excelle alors dans la représentation de la lumière alpine : cristaline et radieuse.


"Ici, mon art a pris le caractère qui lui est propre aujourd'hui encore. Ce mystérieux divisionnisme des couleurs que vous voyez dans mes oeuvres est tout simplement la recherche naturelle de la lumière."

La mort, 1898-1899

Segantini déménage ensuite à Maloja, dans un chalet à 1'900 m d'altitude. C'est ici, en Haute Engadine, qu'il découvre des atmosphères extraordinaires et que son art culmine.


En effet, à la fin de sa carrière, son oeuvre prend une force symboliste et mystique, notamment avec son fameux "Triptyque de la nature" avec les tableaux "La vie", "La nature" et "La mort".

Autoportrait, 1893

En septembre 1899, Giovanni Segantini escalade le Schafberg, au dessus de Pontresina, pour travailler sur le motif son tableau "La nature".


Au sommet, Segantini est pris d'une violente douleur au ventre et décède, le 28 septembre, à l'âge de 41 ans, d'une péritonite aiguë, dans le refuge situé à 2'730 m d'altitude.


Segantini sera peint sur son lit de mort par son ami peintre Giovanni Giacometti (le père du sculpteur Alberto Giacometti).


Il est enterré le 1er octobre 1899 dans le cimetière de Maloja. Sur sa tombe, nous pouvons lire "Arte e amore vincono il tempo" ("L'art et l'amour triomphent du temps".)


Aujourd'hui, vous pouvez découvrir les tableaux de Giovanni Segantini dans le Musée Segantini spécialement construit à l'entrée de Saint Moritz pour accueillir son oeuvre, avec le fameux triptyque magnifiquement mis en scène dans la grande rotonde.


Pour en savoir plus, je vous conseille de visionner le film documentaire "Giovanni Segantini, Magie de la lumière" réalisé en 2015 par Christian Labhart, et encore disponible sur la RTS.


Découvrir mon actualité artistique : www.gaellemot.com

Découvrir ma dernière série de peintures : "Les monts bleus"

88 vues0 commentaire